Comment construire une véranda à ossature bois



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Intro

J’ai toujours promis à ma femme un conservatoire, et lorsque j’ai pris une retraite anticipée, j’ai décidé qu’il était temps de tenir cette promesse.

La décision que nous devions alors prendre était de savoir si:

  1. Achetez une véranda «sur étagère»; prêt à l'emploi sous forme de kit qui ne nécessite que l'assemblage sur place par vous, un entrepreneur ou un constructeur.
  2. Faites-en un par des professionnels.
  3. Concevez et construisez un moi-même.

Les options

Il était acquis d'avance que je construirais le conservatoire moi-même, mais il est toujours prudent d'examiner les autres options avant de prendre une décision finale; et ce faisant, mis à part les coûts, les autres facteurs qui les rendaient moins attrayants étaient:

  1. Une véranda prête à l'emploi n'utiliserait pas au mieux l'espace disponible et ne répondrait pas nécessairement à nos exigences, par ex. le désir que le côté nord soit un mur plutôt que du verre.
  2. En ce qui concerne la construction d'un conservatoire par des professionnels, à moins que je ne conçoive et que je gère le projet, j'embauche un constructeur local pour faire la construction proprement dite; un constructeur britannique voudrait construire la véranda au-dessus de murs de briques à cavité.

En Grande-Bretagne, il est courant de construire des murs creux, qui sont de nos jours un mur extérieur en briques d'argile et un mur intérieur en parpaings (béton), séparés par un espace de 100 mm (4 pouces) rempli d'isolant.

Après avoir examiné attentivement toutes ces options, les trois pierres angulaires de la gestion de projet qui nous ont aidés à prendre notre décision finale étaient le coût, la qualité et le temps.

Coût

Les deux premières options seraient de loin les plus coûteuses; tout en le construisant moi-même réduirait tous les coûts de main-d'œuvre, ce qui le rendrait par la suite beaucoup moins cher.

Qualité

En regardant les deux autres options:

  • Bien qu'une véranda prête à l'emploi soit fabriquée selon les normes les plus élevées (de nos jours, des unités en PVC pour les fenêtres, les portes et le toit), ce n'était pas le facteur primordial à condition que la construction finale soit d'un niveau acceptable, esthétique et à notre goût.
  • Je suis sûr qu'un constructeur réputé ferait du bon travail et pourrait répondre à nos aspirations, à condition que je conçoive et gère le projet, je suis convaincu que je pourrais également fournir ce que nous voulions de haute qualité et le construire beaucoup moins cher moi-même, par exemple. basé sur mon expérience précédente des abris de jardin en brique que j'ai construits des années plus tôt.

Temps

Le temps n’était pas un facteur majeur, car nous n’avions pas d’échéance autre que le désir de le faire construire avant l’hiver.

Châssis en bois vs construction en brique

Notre choix

Par conséquent, après avoir examiné toutes les options, notre décision finale était tout naturellement que je concevrais et construirais moi-même la véranda (avec l'aide de quelques amis).

Nous avons également décidé que:

  • Le Conservatoire serait une construction à ossature de bois, plutôt que la brique habituelle; spécifiquement en raison de la limitation de l'espace.
  • Je commencerais la construction au début du printemps, avec une date cible pour l'achèvement d'ici l'automne; ce qui (comme c'était seulement en décembre à l'époque) m'a donné quelques mois pour finaliser la conception et la source, coût et commander les matériaux.

Budget

Le budget que j'ai défini pour la construction était de 5 000 £ (6 500 $). Après avoir détaillé et évalué tous les matériaux (y compris les frais de livraison), nous étions environ 500 £ (700 $) en dessous du budget, ce qui m'a donné la possibilité de mettre à niveau certains des matériaux de la conception.

Plus précisément, j'ai opté pour:

  • Bardage en bois de cèdre, plutôt que d'habitude (et moins cher en pin ou en épicéa).
  • Tuiles de bois de cèdre pour le toit, plutôt que tuiles d'argile ou d'ardoise; qui est la toiture traditionnelle sur les maisons domestiques au Royaume-Uni.

Plus tard dans la construction, ma femme a décidé qu'elle voulait un plancher en bois de chêne massif, ce qui a ajouté environ 500 £ supplémentaires (700 $) au coût; mais j'ai pu récupérer cela en achetant une grande fenêtre à double vitrage d'occasion dans une cour de récupération locale pour seulement 60 £ (80 $), livraison comprise. La fenêtre de seconde main économisant les coûts sur la nouvelle unité de fenêtre que j'avais budgétisée.

Donc, par conséquent, malgré les mises à niveau de mes spécifications de construction d'origine, nous avons toujours respecté le budget; et à temps, car l'ensemble de la construction n'a pris que quatre mois. De plus, avec le plancher en chêne massif et le revêtement en bois de cèdre, plutôt que d'utiliser du bois moins cher, la construction finale a dépassé nos attentes (qualité).

Planification du consentement et réglementation de la construction au Royaume-Uni

Je ne sais pas comment cela fonctionne en Amérique, mais au Royaume-Uni, il est conseillé de vérifier auprès de l'autorité locale (gouvernement local) si un permis de construire est nécessaire, ou s'il relève d'un `` développement autorisé '' et de se conformer pleinement à tous les bâtiments Règlements relatifs à la construction.

Par exemple, toutes les vérandas construites au Royaume-Uni nécessitent une fondation correctement posée qui répond aux spécifications appropriées établies en vertu des réglementations de la construction.

Bien que pour simplifier les règlements de construction auxquels nous devions nous conformer, nous avons choisi de remplacer nos anciennes portes françaises en bois de teck de notre salon par de nouvelles portes françaises en PVC «extérieures»; plutôt que d'avoir une porte intérieure entre le salon et la véranda. À cet égard. Si nous avions installé une porte intérieure, alors en vertu des lois sur la planification au Royaume-Uni, la véranda serait classée comme «espace de vie»; puis les règlements de construction deviendraient beaucoup plus stricts, par ex. un minimum de 200 mm (8 pouces) d'isolant dans l'espace du toit. Alors qu'en gardant la véranda séparée de la maison avec une porte «extérieure» entre les deux pièces (salon et véranda), la véranda (comme un porche) est classée comme «espace non habitable» en vertu des règles de construction.

Concept design

Désirs et contraintes

Évidemment, notre désir était d'avoir le conservatoire aussi grand que possible, dans toutes les limites. La largeur minimale que je voulais était de 2,7 mètres (9 pieds) et la longueur idéale de 3,6 mètres (12 pieds).

Les restrictions de largeur n'étaient pas seulement la limite (vous ne pouvez pas construire sur la ligne de démarcation au Royaume-Uni sans autorisation de planification pour le faire), mais aussi un évent près de la limite d'un côté et des tuyaux de drainage de l'autre côté. Il y avait aussi une bouche d'aération entre laquelle je devais m'assurer qu'elle ne se bloquait pas dans le cadre de la conception.

Quand j'ai fait les mesures précises, j'avais exactement 3 mètres (10 pieds) pour jouer. Compte tenu de l’épaisseur des murs, si j’avais opté pour une construction et une isolation classiques en brique, la largeur intérieure maximale que j’aurais pu atteindre aurait été de 2,4 mètres (8 pieds). Alors qu'avec une construction à ossature bois, je pourrais atteindre les 2,7 mètres (9 pieds) que je voulais.

C'était le seul facteur qui a déterminé notre décision de choisir une ossature en bois plutôt que de la brique.

En ce qui concerne la hauteur; je craignais qu’en construisant si près de la limite du voisin, qui dans notre jardin est exposée au nord, il y ait un risque réel de couper la lumière et d’éclipser le jardin de notre voisin. Par conséquent, je voulais garder la ligne de toit aussi basse que possible, tout en ne compromettant pas nos aspirations pour la construction.

À cet égard, le soleil ne dégage les maisons qu'à midi, moment auquel il est assez haut dans le ciel; ce qui signifiait que je pouvais avoir la ligne de toit à une hauteur raisonnable, avec l'ombre projetée du sommet frappant le mur d'enceinte et ne causant aucune ombre dans le jardin de nos voisins.

Néanmoins, pour être de bon voisinage, j'ai opté pour un toit en croupe car visuellement ce serait moins envahissant pour nos voisins; et j'ai gardé de bons termes avec mon voisin en l'informant à l'avance de mes intentions (en lui donnant tous les détails) et en sollicitant son consentement avant de commencer la construction.

Mur arrière

Dans mon plan initial, je prévoyais de ne pas avoir de verre dans le mur du fond comme il fait face au nord et donc de ne pas recevoir le soleil; de plus, il fait face à un mur d'enceinte de 1,5 mètre (5 pieds). Cependant, juste au moment où j'ai commencé la construction, un ami qui m'aidait a repéré une pile de petites fenêtres en verre au plomb plutôt attrayantes dans une cour de récupération locale pour seulement 5 £ (7 $) chacune. Je suis donc immédiatement allé là-haut et j'ai acheté tout le stock.

Ayant acquis une pile de fenêtres plutôt attrayantes, j'ai immédiatement modifié mes plans pour les incorporer le long du haut du mur du fond.

Puits de lumière

Comme nous avons opté pour un toit en tuiles (plutôt que du verre) pour maximiser la lumière, j'ai trouvé quelques puits de lumière dans la conception; une grande face sud et une plus petite lucarne face ouest. Avoir des puits de lumière excluait l'option d'un plafond plat; non pas que nous en voulions un de toute façon.

La construction

Les fondations

Bien que nous ayons décidé d'une construction à ossature bois, nous devions encore construire la structure sur des fondations appropriées conformément aux règlements de construction; pour plus de détails au Royaume-Uni, vous devrez consulter votre autorité locale (gouvernement local). Une exigence de la «réglementation de la construction» (qui est standard au Royaume-Uni) est que le DPC (Damp Proof Course) doit être à 150 mm (6 pouces) au-dessus du niveau du sol.

Pour y parvenir, il faut soit poser un sous-plancher en dalle de béton ou des murs en briques à cette hauteur. Nous avons opté pour un mur de briques, qui serait ensuite rempli de béton posé sur une membrane étanche à l'humidité; les côtés de la membrane étant remontés autour des briques pour les placer sous le DPC qui est placé au-dessus des briques avant que la structure en bois ne soit érigée. De cette manière, toute la base et la construction à ossature en bois sur le dessus sont isolées de l'humidité pénétrante et ascendante.

La première étape dans ce sens a été de creuser la tranchée de fondation (selon les spécifications des règlements de construction) pour le mur extérieur et de la remplir de béton. Une fois le béton durci, nous avons pu construire le mur extérieur de 150 mm (6 pouces).

Avec l'aide d'un ami, une fois que nous avons construit le mur de fondation et posé la membrane étanche à l'humidité, nous nous sommes débarrassés de tous les gravats en les plaçant à la base de l'empreinte avant de remplir la zone de béton.

Modification du plan d'origine

À l'origine, j'avais prévu de faire la longueur interne de la véranda de 3,6 mètres (12 pieds) et j'avais acheté deux nouvelles unités à double vitrage pour un magasin de bricolage local pour qu'elles s'intègrent dans la conception. Cependant, juste avant que nous soyons prêts à commencer, j'ai pu acheter une grande fenêtre à double vitrage d'occasion dans une cour de récupération locale pour seulement 60 £ (80 $), livraison incluse. Cependant, comme il était plus grand que ce que j'avais prévu, j'ai dû étendre la longueur de la véranda à 4 mètres (13 pieds) pour accueillir la fenêtre.

Briques recyclées

Plutôt que d’acheter de nouvelles briques pour la construction, j’ai pu me procurer un approvisionnement en briques recyclées auprès du marchand de notre constructeur local; ce qui a permis d'économiser un peu d'argent sur le budget. Normalement, ils ne vendent que des briques neuves, mais quand je suis passé pour passer ma commande, j'ai repéré une cession de briques recyclées de haute qualité dans un coin qu'ils ont récemment acquises dans une usine locale qui avait été démolie. Non seulement les briques étaient moins chères, mais ayant été utilisées à l'origine pour la construction d'une usine industrielle lourde, elles étaient plus denses et légèrement plus grandes que la brique de maison conventionnelle.

Un ami m'aide à jeter les bases.

Cadre en bois

Une fois les fondations posées (à part un petit travail de plomberie à faire), j'étais prêt à commencer la construction des murs et du toit à ossature de bois. Les murs ont été construits en deux panneaux (murs avant et arrière) qui ont été fixés en place à la maison à une extrémité et soutenus en place à l'avant par la plaque de toit.

Comme je voulais incorporer des lucarnes, j'ai placé les poutres transversales du toit plus haut qu'elles ne le feraient normalement, mais compensé tout renflement potentiel (où le toit poussait le mur) avec quelques poutres de contreventement; qui deviendront plus tard des fonctionnalités dans le cadre de la conception.

Parce que c'était un conservatoire, par ex. principalement en verre, plutôt que juste une extension qui avait une ou deux fenêtres à l'intérieur, bien que la plaque de toit prenne la majeure partie du poids du toit, les fenêtres et les portes ajouteraient au support structurel.

Par conséquent, contrairement à une construction ordinaire où le toit est posé avant d'installer les fenêtres et les portes, j'ai dû le faire dans l'autre sens. Si j'avais opté pour des tuiles d'argile ou d'ardoise, comme cela serait conventionnel dans une telle construction au Royaume-Uni, le toit aurait été trop lourd et j'aurais dû installer des poutres en acier pour le supporter.

Cependant, ayant opté pour des tuiles en bois de cèdre pour le toit (qui sont beaucoup plus légères), il n'a pas besoin de beaucoup de soutien par rapport à un toit britannique conventionnel. La structure entière est donc beaucoup plus légère et était beaucoup moins chère à construire; plus comme construire un abri de jardin en bois.

Plomberie

Au début, il était évident que le tuyau d'évacuation du bain gênerait la construction. Par conséquent, avant de commencer à construire le cadre en bois, je me suis rendu dans l'un des magasins de bricolage locaux pour trouver de la tuyauterie et de l'adhésif pour tuyaux adaptés, puis j'ai rapidement réacheminé les déchets de la baignoire.

Fenêtres et portes

Recyclage du verre

Dans le cadre de la conception de la construction, nous avons décidé de remplacer nos anciennes portes françaises du salon par de nouvelles portes françaises en uPVC. Cependant, plutôt que de simplement jeter les vieilles portes, j'ai décidé de retirer les unités à double vitrage et de les recycler en les incorporant dans la conception de la véranda; et stocker le bois de teck des anciennes portes dans mon atelier pour le réutiliser dans de futurs projets de bricolage.

Modifications de la conception

J'ai dû modifier la conception de la paroi avant pour accueillir la fenêtre à double vitrage recyclée, et la paroi arrière pour la pile de fenêtres en verre coloré au plomb; tout ce que j'ai ramassé dans une cour de remise en état locale.

De plus, juste après avoir commencé la construction, l'un des amis qui m'aidait m'a proposé de me procurer du verre coloré pour l'avant, à côté des portes-fenêtres. À l'origine, j'avais l'intention de simplement revêtir cette section d'un bardage en bois de cèdre; mais avec une légère modification de la section du cadre avant, j'ai pu accueillir des ouvertures pour le verre coloré.

Restauration de Windows dirigée

Après avoir acheté une pile de fenêtres en verre au plomb pour seulement 5 £ (7 $), ils avaient besoin de restauration et de taille pour s'adapter au haut du mur du fond de la véranda.

Le premier concept, suggéré par l’ami qui les avait repérés pour moi dans la cour de récupération, était de retirer le verre des cadres en bois et de les recadrer en une longue fenêtre. C'était une idée attrayante, et j'ai essayé, mais lors de ma première tentative, l'un des panneaux de verre s'est fissuré; Heureusement, j'avais quelques fenêtres de rechange, donc ce n'était pas une catastrophe majeure.

Par conséquent, je me suis plutôt installé sur la voie la plus laborieuse consistant à nettoyer chaque fenêtre individuellement et à couper les côtés afin qu'une fois qu'ils soient assemblés bout à bout, le bois entre chaque fenêtre ne serait pas ridiculement large.

La peinture brillante était vieille et exposée aux éléments pendant des années, elle était floconneuse et se débarrassait assez facilement. Une fois que j'ai enlevé la plus grande partie de la peinture (toutes les pièces détachées), j'ai ensuite enlevé le reste de la peinture et je suis retourné au bois nu avec une ponceuse à bande; que j'ai utilisé avec précaution car je ne voulais pas casser un autre volet. Bien que le verre était solidement fixé dans le cadre et se soit avéré résistant aux vibrations de la ponceuse, ma confiance a grandi au fur et à mesure que je procédais à la restauration. Par conséquent, quand il s'agissait de couper les cadres à la taille, j'étais suffisamment confiant pour utiliser une scie électrique plutôt que de les couper tous à la main.

Après les avoir coupés à la taille, j'ai ensuite poncé et coupé les chutes comme des lattes pour encadrer l'avant des fenêtres.

Enlever la vieille peinture des fenêtres en verre au plomb.

Vitrage secondaire

Une fois que toutes les fenêtres en verre au plomb et les trois feuilles de verre coloré de 3 mm (huitième de pouce) ont été installées dans un cadre en bois, j'ai fixé du verre feuilleté à l'extérieur. En utilisant des perles pour séparer la plaque de verre de la vitre d'environ 12 mm (un demi-pouce); et fixer la plaque de verre en place avec du silicone pour vitrage. La plaque de verre feuilletée à l'extérieur sert à deux fins:

  • Crée un vitrage secondaire, qui aide à garder la véranda plus chaude pendant l'hiver.
  • Donne une excellente protection au verre plus délicat à l'intérieur.

Installation des unités à double vitrage

La fenêtre à double vitrage d'occasion que nous avons achetée dans la cour de récupération et les nouvelles portes-fenêtres étaient des bêtes méchantes; à cause de leur poids, je n’aurais pas pu les installer moi-même. Donc, avec l'aide de quelques amis, nous avons enlevé le verre de la fenêtre et nous l'avons mis en place ensemble. Ensuite, une fois nivelé avec des cales en dessous, a passé environ une demi-heure à remettre tout le verre dans le cadre. De même, les portes-fenêtres nous ont obligés à la manœuvrer toutes les trois; mais une fois qu'ils avaient l'air grandioses. Ensuite, avant de procéder à quoi que ce soit d'autre, nous avons installé une garniture en uPVC autour des bords supérieur et latéral (intérieur et extérieur) pour le ranger et fournir un joint étanche; coller la garniture en place avec du silicone, en la maintenant fermement en place avec des pinces dans la mesure du possible jusqu'à ce que le silicone soit solidement collé.

OSB3 et Underfelt

Une fois que la charpente en bois et la structure du toit ont été érigées, avec les fenêtres et les portes (y compris les puits de lumière) en place, j'ai pu revêtir l'extérieur avec des panneaux OSB3; OSB3 étant adapté à un usage extérieur.

La phase suivante consistait ensuite à envelopper toute la structure dans un sous-feutre (une membrane imperméable et respirante). Dans le passé, il aurait simplement été ressenti, mais le feutre n'est pas respirant et il y a toujours un risque de formation d'humidité ou de condensation sur le dessous, provoquant de l'humidité et de la pourriture. Alors qu'avec les matériaux modernes, toute humidité dans le bois ou condensation peut maintenant s'échapper à travers la membrane, tandis que dans le même temps la membrane (étant étanche) empêche l'eau de pénétrer dans la structure.

Après avoir installé les panneaux OSB3 et le sous-feutre aux murs et au toit, j'ai pu ajouter les puits de lumière et revêtir l'extérieur avec le revêtement en bois de cèdre aux murs et les tuiles en bois de cèdre sur le toit.

Puits de lumière

J'avais assez de place sur le toit orienté sud pour installer deux puits de lumière standard, mais lorsque je les ressourçais, je suis tombé sur un puits de lumière double largeur de 1,2 mètre (4 pieds) de large, ce qui n'était pas seulement moins cher que d'acheter deux 600 mm ( 2 pieds) de lucarnes, mais c'était idéal car ce serait une grande fenêtre de toit en plein milieu.

En ce qui concerne le toit orienté ouest, en raison de sa forme et de sa taille, par ex. toit en croupe, l'espace était limité; trop petit pour s'adapter à un puits de lumière standard. Cependant, j'ai réussi à en trouver un minuscule qui s'intègre parfaitement dans l'espace disponible.

Avant d'installer les puits de lumière (une fois la charpente en bois construite), je devais d'abord revêtir le toit avec des panneaux OSB3, puis sentir les panneaux avec une membrane respirante. Ensuite, lors de l'installation, glissez le collier de la grande fenêtre (qui était un accessoire) sous la membrane respirante pour évacuer en toute sécurité toute eau qui pourrait pénétrer sous les tuiles du toit. Pour le plus petit puits de lumière, j'ai dû improviser et fabriquer mon propre collier en silicone.

Le cadre de la grande lucarne a été fixé aux poutres du toit, puis l'unité vitrée a été fendue en place par la suite. L'installation du grand puits de lumière nécessitait deux personnes, car comme la fenêtre à double vitrage, la fenêtre elle-même était tout simplement trop lourde pour qu'une personne puisse la soulever et la maintenir en place tout en l'engageant dans le cadre.

Une fois que cela a été fait, j'ai pu installer le solin en place autour des puits de lumière; la fonction du solin étant de canaliser l’eau de pluie autour des puits de lumière et de la ramener sur le toit.

Un conseil que j'ai suivi, qui vient dans les instructions d'installation avec les puits de lumière (que la plupart des constructeurs professionnels ignorent) était d'incliner le contour de la fenêtre à l'intérieur spécifiquement pour répandre la lumière du jour sur une zone plus large de la pièce; plutôt que de le canaliser.

Petit puits de lumière aménagé dans le toit orienté ouest.

Bardage en bois de cèdre

Ayant opté pour une charpente en bois en raison de la restriction de largeur, je n’ai pas apprécié la pensée de tous les soins et l’entretien qui accompagnent le revêtement conventionnel au Royaume-Uni; je ne voulais pas non plus qu'il ressemble à un abri de jardin ordinaire.

Généralement en Grande-Bretagne, comme les maisons sont généralement construites en brique et que le revêtement n'est généralement utilisé que pour les abris de jardin, le revêtement le plus courant disponible a tendance à être uniquement en pin ou en épicéa; deux bois tendres qui pourrissent facilement et nécessitent un entretien régulier.

Donc, après avoir fait des recherches sur le sujet, j'ai conclu que le bois de cèdre (bien que beaucoup plus cher) serait une bonne alternative en raison des huiles naturelles du bois qui lui confèrent une bonne propriété de conservation. En raison des huiles naturelles, le bois de cèdre résiste aux champignons et aux insectes et peut durer soixante ans ou plus.

Par conséquent, après avoir vérifié les sites Web de tous les fournisseurs locaux, j'ai trouvé un marchand de bois local qui fait du revêtement en bois de cèdre; et après avoir calculé mes besoins, leur a commandé un approvisionnement, ainsi que des clous antirouille appropriés de haute qualité (mais chers).

Une fois que j'ai eu le revêtement, il a été facile et rapide à mettre en place; et lorsque le travail a été terminé, a donné au conservatoire ce facteur «wow» que j'espérais.

Véranda revêtue de bois de cèdre.

Toit en bois de cèdre

Idéalement, j'aurais préféré couvrir la véranda avec des tuiles d'argile ou d'ardoise (de préférence en ardoise); qui sont les matériaux de toiture standard pour le Royaume-Uni. L'avantage par rapport aux autres matériaux de toiture est leur durabilité; une fois installé, un toit en tuiles d'argile ou en ardoise peut durer des siècles sans un minimum d'entretien.

Cependant, ces matériaux de toiture sont lourds, et les avoir utilisés dans ma construction aurait nécessité l'installation de poutres en acier pour supporter le poids. Par conséquent, au cours de la phase de conception, j'ai examiné les alternatives, y compris les bardeaux de feutre (qui sont souvent utilisés sur les maisons américaines). Cependant, au Royaume-Uni, les bardeaux de feutre ne sont utilisés que sur les toits de hangar, et par conséquent sembleraient un peu naff sur un toit de véranda en Grande-Bretagne; plus le problème qu'ils ne sont pas aussi durables que je le souhaiterais.

Par conséquent, au cours de mes recherches, j'ai été plutôt excité lorsque j'ai commencé à lire sur les carreaux de bois de cèdre; plus j'y ai regardé, plus j'étais excité, car c'est un matériau qui:

  • Peut durer jusqu'à 60 ans en raison des propriétés de conservation dues à son huile naturelle.
  • Ça a l'air vraiment grandiose; et en ligne avec l'effet visuel que je recherchais.
  • Un matériau très léger, qui ajoute peu de poids au toit.

Le seul inconvénient est que les carreaux sont extrêmement chers; mais vaut bien chaque centime.

La prochaine chose que j'ai dû apprendre était comment fixer des tuiles en bois de cèdre sur un toit; ce qui est assez différent de la pose de carreaux d'argile ou d'ardoise. Ainsi, pendant la phase de planification, j'ai passé des heures à lire et à regarder de nombreuses vidéos sur YouTube.

Ensuite, une fois que j'étais sûr de ce qu'il fallait faire, j'ai dû trouver un fournisseur. Heureusement, le même marchand de bois local où je me suis procuré le revêtement en bois de cèdre fournit également les tuiles en bois de cèdre; Grade A, qu'ils importent du Canada.

Étape clignotant

Pour rendre étanche la jonction entre le mur de la maison et le toit de la véranda, j'avais besoin d'installer un solin à gradins. Idéalement, j'aurais aimé utiliser du plomb; et j'ai été tenté de l'acheter. Cependant, dans l'approvisionnement en matériaux, j'ai trouvé un substitut du plomb moderne qui ressemble beaucoup au plomb (se sent et ressemble au plomb, et tout aussi lourd) mais à moitié prix.

Après avoir décidé du matériau à utiliser, l'étape suivante consistait à préparer le mur de la maison pour qu'il s'adapte au solin de marche une fois les tuiles installées. Pour cela, je devais déterminer exactement où couper les rainures dans le mortier pour y glisser le solin.

Gabarit pour le clignotant

N'ayant pas fait de clignotement d'étape auparavant, c'était une autre nouvelle compétence à apprendre. À cet égard, après avoir lu divers articles de bricolage et visionné des vidéos YouTube, j'ai décidé de créer mon propre gabarit (basé sur l'outil présenté dans la vidéo ci-dessous) qui remplissait plusieurs fonctions:

  • Donne une ligne à marquer sur le mur pour couper la fente pour s'adapter au solin.
  • Donne la ligne correspondante sur le solin, pour la découpe à la forme.
  • Utilisé pour plier le bord du solin pour qu'il s'insère dans le mur.

Utilisation du gabarit pour le marquage, la coupe et le montage du solin d'étape

Le gabarit que j'ai fabriqué à partir de déchets de bois a la même hauteur (et la même taille générale) que les briques de la maison, de sorte qu'il s'aligne avec le mortier. Au lieu d'utiliser le solin lui-même appuyé contre le mur, comme le montre la vidéo ci-dessus, j'ai découpé une feuille de carton de la même taille que le solin et l'ai utilisée pour créer un gabarit. Tandis que sur le toit marquant le carton (comme si c'était le clignotant), j'ai également utilisé le gabarit que j'ai fait pour marquer les lignes correspondantes sur le mortier (avec un feutre à pointe épaisse). En indiquant où couper les fentes dans le mortier avant de poser les tuiles, je savais que l'épaisseur supplémentaire des tuiles augmenterait la hauteur du toit d'environ un pouce. Cela pousserait la position du clignotant vers le haut et d'un côté d'un montant correspondant. Par conséquent, tout en marquant, j'ai prolongé la ligne de marquage sur le mortier horizontalement dans les deux directions pour donner une marge généreuse pour l'ajustement éventuel du solin.

Utilisation de rebuts de bois pour faire un gabarit: 2 morceaux de pin de trois quart de pouce et de contreplaqué quart de pouce.

Après avoir tout marqué, j'ai ensuite utilisé la meuleuse d'angle pour couper des rainures profondes d'un pouce le long des lignes marquées dans le mortier. Ensuite, de retour à l'atelier, j'ai découpé le carton marqué pour le mettre en forme et l'ai utilisé comme modèle pour marquer et découper le clignotant. J'aurais pu marquer le clignotant lui-même, sur le toit (comme dans la vidéo); mais j’ai trouvé plus facile d’utiliser du carton simplement parce qu’il n’était pas aussi lourd.

Pose des carreaux

Contrairement aux carreaux d'argile et d'ardoise qui sont décalés pour se chevaucher au niveau des joints, créant efficacement une double couche de carrelage, par ex. seule la moitié inférieure de chaque tuile est visible, le bois de cèdre est triple couche de sorte que seul le tiers inférieur (environ 5 pouces) est visible.

En regardant les vidéos, la technique la plus courante semble être de ficeler une ligne sur le toit comme un guide précis pour positionner chaque rangée de tuiles. Cela donnerait certainement une finition soignée, mais semble assez laborieux d'avoir à repositionner la ligne directrice pour chaque nouvelle rangée, à mesure que vous grimpez sur le toit.

Ma préférence était de faire un simple gabarit à partir de déchets de bois où le bord inférieur pousserait contre le bas des carreaux de la rangée précédente et fournirait un bord d'attaque pour les carreaux de la rangée suivante. En utilisant cette méthode, il est facile pour la ligne de commencer à s'éloigner de l'horizontale réelle. Il est donc important d'avoir un œil visuel sur les rangées et de vérifier périodiquement avec un niveau à bulle; donc si vos rangées commencent à s'éloigner de l'horizontale, vous pouvez rapidement et facilement compenser dans la rangée suivante.

Western Red Cedar: informations et instructions d'installation

Je ne suis pas trop préoccupé par les hauteurs, mais j'aime me sentir en sécurité, donc j'utilise toujours les échelles avec prudence et je ne suis jamais trop heureux de me déplacer sur les toits. Les toits en bois de cèdre sont assez glissants, et le sous-feutre sur lequel le bois de cèdre est posé l'est encore plus. Par conséquent, en posant les tuiles, j'ai posé la moitié inférieure d'une échelle et les tuiles sur la moitié supérieure du toit en m'asseyant sur le faîte du toit et en me penchant légèrement.

Pour fixer les tuiles au toit, j'ai utilisé des clous spéciaux en acier inoxydable, spécialement conçus pour être utilisés avec des tuiles en bois de cèdre, et qui (contrairement aux clous ordinaires) ne rouillent pas; beaucoup plus cher que les ongles ordinaires, mais brillant.

Comment installer le bardeau de cèdre

La procédure de pose des carreaux:

  • Travaillez de bas en haut, de sorte que les chevauchements permettent le ruissellement de la pluie.
  • Ne coupez jamais les carreaux ensemble; laissez toujours un espace généreux d'un quart de pouce entre chaque carreau.
  • Laisser un surplomb généreux d'environ un pouce et demi à l'avant-toit; pour permettre l'écoulement des eaux de pluie dans la gouttière.
  • Double couche la première rangée, en décalant la couche supérieure pour couvrir tous les espaces entre les carreaux de la première couche.
  • Comme les carreaux mesurent environ 16 pouces de long et que vous devez les tripler, posez la rangée suivante à seulement 5 pouces de haut.
  • Échelonnez toujours les jointures de sorte que les carreaux de la rangée suivante chevauchent toute jointure d'au moins 2 pouces.
  • Continuez ensuite à poser chaque rangée suivante 5 pouces plus haut.
  • Pour les deux dernières rangées, raccourcissez la longueur de chaque carreau afin qu'il se rencontre à la crête.
  • Couvrez la crête avec des carreaux de faîtage en bois de cèdre.

Pose de tuiles de cèdre rouge sur le toit orienté ouest

Gouttière

Une fois le toit terminé, j'ai pu installer les planches de façade, le soffite et les gouttières. Lorsque j'ai commandé le bardage en bois de cèdre, j'ai commandé un supplément spécifiquement pour les planches de façade. De plus, quand auparavant, les planches de façade et le soffite ont été améliorés en PVC sur notre maison, les constructeurs ont laissé une feuille de soffite dans notre jardin arrière. J'en avais utilisé la majeure partie pour améliorer le soffite de notre abri de jardin principal (mon atelier et notre magasin d'alimentation), mais il me restait assez pour faire le côté avant et sud de la véranda. Pour le dos, j'ai utilisé un large morceau de garniture en uPVC de 90 mm x 6 mm, laissé d'un projet précédent; qui a fonctionné aussi bien que les choses appropriées, et qui a l'air tout aussi bien.

Pour la gouttière, bien que plus chère que le profil standard, nous avons choisi Ogee car elle correspondait bien au style que nous recherchions. L'évacuation des eaux pluviales de la maison n'était qu'à quelques mètres de la véranda, mais avec le tuyau de sol dans le sens où je devais acheminer le tuyau de sortie de la gouttière le long du sol juste en face du tuyau de sol. Puis plus tard dans la construction, cela a ensuite été caché avec une terrasse qui a servi une triple tâche de:

  • Cacher le drain et les tuyaux de drainage.
  • Plate-forme de jardinière.
  • Étape pour la chatière.

Tuyau descendant de la gouttière alimentant le drain d'eau de la maison.

Intérieur

Après avoir terminé la structure principale à l'extérieur et avec la véranda étanche aux éléments, je pourrais alors faire attention à l'intérieur; la séquence principale des événements étant:

  • Isolation
  • Câblage pour l'électricité
  • Plâtre bordant les murs et le plafond
  • Pose du parquet en chêne
  • Montage de la plinthe
  • Ajout de l'évent au sol (importé des États-Unis)
  • Ajustement final pour l'électrique
  • Peinture et décoration
  • Commencez à déplacer certains meubles
  • Installation du nouvel arbre à chat et autoroute
  • Ajout d'un radiateur pour le chauffage en hiver

Isolation

Ayant utilisé du bois de 50 mm x 100 mm (2 pouces sur 4 pouces) pour les murs, j'avais un espace de 4 pouces pour l'isolation; et de même pour le toit, j'ai utilisé 4 pouces.

Électricité

Même si je pouvais faire l'électricité moi-même, en vertu de la loi britannique, je devais faire inspecter et valider le travail par un électricien qualifié avant qu'il ne soit connecté au secteur.

Nous venons d'ajouter quelques prises autour des murs, un interrupteur pour les plafonniers et un autre interrupteur pour une lumière extérieure.

Placoplâtre

Le plâtrage n’est pas mon fort, mais le plâtre l’est. La plaque de plâtre a deux faces, grise et blanche. Le côté gris est si vous avez l'intention de plâtrer sur la plaque de plâtre; comme le feraient normalement les professionnels; et le côté blanc est si vous avez simplement l'intention de poser du papier peint et / ou simplement de la peinture en émulsion sur la plaque de plâtre.

J'ai opté pour ce dernier (le côté blanc) car je ne ferais que peindre et décorer la plaque de plâtre et ne pas ajouter d'abord un peu de plâtre dessus.

Plancher et plinthe en chêne

Avant d'installer le plancher de chêne, j'ai posé la membrane de sol habituelle et les feuilles d'isolation vertes conçues spécifiquement pour être posées sous un plancher flottant en bois. Ensuite, j'ai posé les planches de chêne en les collant ensemble mais en laissant l'espace d'un demi-pouce requis sur les bords pour l'expansion; l'écart étant caché lorsque j'ai mis la plinthe en place. Normally I would have used pine for the skirting board, but I had one piece of cedar wood cladding leftover, which when cut in half lengthways and profiled with the belt sander, was ideal.

Floor Vent

Once the floor was laid I could then fit the floor vent. The floor vent was my solutions for not blocking the subfloor air vent from the house. In Britain, under Building Regulations, there has to be adequate subfloor ventilation below the DPC (Damp Proof Course) to keep the space under the house (below the floor) ventilated to prevent damp.

My initial option was to channel the air vent from the house underneath the conservatory floor to the outside. However, I opted to just have the opening in floor of the conservatory, and put an air vent over the top of it.

The bonus is that it gives additional ventilation to the conservatory during the summer, but the downside is that (without the option to close it off) it can make the conservatory cold and draughty during the winter. To resolve this problem I wanted an air vent that was attractive, solid (strong) and with a grill that could be opened or closed. When I was sourcing this, I couldn’t find anything in the UK that met my requirements e.g. we don’t have air conditioning in British homes. Therefore I looked further afield and found in the USA what the Americans call a ‘Register’. I’m not quite sure what it’s intended purpose is but it was just ideal for what I wanted, so I ordered it from America, and after being held up in ‘Customs’ for a few weeks, eventually arrived.

Peinture et décoration

With the major build works finished it was then just a case of painting and decorating before fitting the light and moving the furniture in:

  • I used white emulsion on the ceiling.
  • Emulsion paint on the walls.
  • Painted the two cross beams a matt black.
  • Rubbed teak oil into the cedar wood skirting.
  • Wood stained the rest of the wood, which I then polished with bees wax.

Interior of conservatory completed: Solid oak floor laid, and pained and decorated.

Cat Tree and Highway

Once everything else was complete inside, I then built a new cat tree and cat highway, strong enough to support the weight of our Maine Coon cat; which is described in full details in a previous article.

Heating

Finally, I added a radiator in the conservatory for heating during the winter months, conveniently fitted just below the cats’ highway; which they love.

To get the radiator plumbed into the central heating the steps I took was to:

  • Pull up the appropriate floorboards in the living room to gain access to the water pipes.
  • Drill an 18mm hole through the adjoining brick wall between the living room and conservatory; using a long masonry drill bit because the house wall is 300mm (1 foot) thick. The pipes are 15mm but I wanted to use 18mm to give plenty of clearance when feeding the copper pipes through the brickwork.
  • Run feeds from the hot ‘out’ flow and ‘cool’ return pipes, and fed them through the brick wall into the conservatory.
  • Mount the radiator to the wall.
  • Connect the radiator to the copper pipes, adding a drain tap at the same time.

Decking

And Bells and Whistles

With the conservatory completed inside and out, all that remained to finish the finish the project was the decking, and a few bells and whistles, including the outside light, and a small iron cast bell which we picked up from a reclamation yard while on holiday; the details of which I covered in previous articles.

Patio doors of conservatory leading onto decking.

Questions et réponses

Question: Where did you obtain your cedar shiplap cladding? I live in the London area, but am unable to find anyone local who sells cedar shiplap cladding. Also, what size cladding boards did you use?

Répondre: The shiplap cladding I used was Western Red Cedar, wood that is sustainably harvested from Canada, and imported by Bendrey Bros. Sawmill and Timber Retailer in Warmley, Bristol. Their phone number is 0117 9674382. The size I used was 25mm x 150mm (about 3m lengths), currently priced at £7.12 per metre. They also do tongue and groove at the same size and price.

A friend of mine living in Portsmouth had a similar problem regarding a specific cladding that he couldn’t get locally, so after talking to them over the phone, he hired a white van for the weekend and drove to Bristol to pick up the wood himself directly from the Timber Yard.

Question: You've produced a really impressive end result here, I really like it. I have a question in relation to whether you felt confident in whether the structure is still not subject to building regulations like a conservatory would be as it doesn't fully meet the criteria of being a conservatory as it doesn't have a mainly glazed roof?

Répondre: You should always check with your ‘Local Authority’ (Local Government) prior to any proposed building works, as in the UK they are the ones who approve Building Regulations and grant Planning Permission.

However, in answer to your specific question, in accordance with advice given on the UK’s Planning Portal, the conservatory is a generic term to describe traditional conservatories, orangeries and glazed extensions; and the Portal goes onto explain that the modern trend is to replace paneled roofs with solid roofs to provide more usable space all year round.

The conservatory we’ve built is strictly an orangery e.g. less glazing on the walls and roof than a traditional conservatory e.g. a solid roof with skylights.

The UK Planning Portal is an Official website that works with all Local Authorities across the UK to help simply Planning Advice and the Planning Process for the public: https://www.planningportal.co.uk/

Question: Is the exterior surface of the wall below your leaded light windows just OSB3 without any other cladding?

Répondre: No, all the exterior walls, including the wall below the leaded light windows, are finished off with a breathable waterproof membrane over the top of the OSB3 boards, and then cladded with cedar wood shiplap cladding.

This is a ‘belt and braces’ approach where three layers protect against the elements, e.g., in the event of any water ingress through the cedar wood cladding the breathable membrane should drain the water off safely and protect the interior of the conservatory. But in the unlikely event that water finds a way through the breathable membrane, then the OSB3 should give protection and drain the water away.

Also, both the OSB3 boards and the cedar wood cladding are adding a little extra insulation which, in addition to insulating the walls, will help to keep the conservatory that little bit warmer during the winter months and cooler in the summer.

Question: Did you fit your cladding directly to your membrane or did you use batons to fit too?

Répondre: Batons would certainly work and have the added advantage of airflow (ventilation) which is always a good thing. But for this build, I fitted the cladding directly to the membrane, which has worked just as well. So as the cladding does a good job of keeping the elements out, and the membrane is just a precaution in the event that the cladding is breached in any way e.g. splitting or warping of the wood; then the use of batons isn't essential, and would be just an additional barrier (extra precaution). Therefore, whether you go that step further, and use batons would be a personal choice.

Question: Great article. How did you join the timber frame walls to the existing building and ensure that it was watertight?

Répondre: I used frame fixing screws, the same as you would for fixing a wooden door frame to a brick wall e.g. long, heavy-duty screws that come with their own Rawlplugs (wall plugs). Then used a window and door external frame sealant to make it water tight. The sealants come in tubes and are squeezed out using a sealant gun; all readily available from any DIY store. One tip, once you’ve applied the sealant into the gap is to dip your finger into some warm water and gently run your finger down the surface of the sealant to help cure it. It gives a more professional finish and helps to ensure a good seal between wood and brick.

Question: Hi. How did you get around the problem of damp creeping in from external brickwork into brickwork inside conservatory? I'm looking to build my own but am wondering if I should install a vertical damp course to stop moisture ingress from walls.

Répondre: If you are building a timber frame clad in brick or a double brick thick wall, then yes you will need to waterproof the inside of the brick wall (in a way that complies with Building Regulations).

If on the other hand, your wall is a cavity wall e.g. a 3 inch (75mm) gap between the external and internal brick walls, then the gap stops moisture ingress. If you build a cavity wall then the two walls need to be tied together and you would need to fill the gap with suitable insulation to comply with Building Regulations.

Also, as long as the floor level is protected from the ground damp by using DPC (Damp Proof Course) for the walls, and a Damp Proof Membrane is properly laid for solid floors, and provided the roofline of the conservatory is protected by flashing tied into the main house wall, there shouldn’t be a problem. In the UK the DPC (which should be below floor level of your construction) needs to be at least 150mm (6 inches) above ground level.

Arthur Russ (auteur) from England on August 08, 2020:

It’s a good question Nilanj. Provided it’s built properly e.g. the structure is sound, then both brick and timber are strong. But if poorly built, then both brick and wooden structures can be dangerous.

So provided your construction is structurally sound, and weathered proofed properly e.g. by following building regulations, and built by a professional if you don’t feel competent enough to do the work yourself, then whether you use wood or brick is a matter of personal choice.

Nilanj Desai on August 07, 2020:

Congratulations on the results. Looks impressive. I have the same issue - space with timber walls or lose space with brick one. You think, in terms of the strength of structure, it is any different i.e. brick wall vs timber?

Denver on March 30, 2018:

nice

Arthur Russ (auteur) from England on April 26, 2017:

Thanks for the feedback Jo. What you describe as a sun room isn’t very popular in the UK because of the unpredictability of the British weather. The nearest we have to a sun room in the UK are ‘summer houses’; which are small wooden sheds at the end of the garden with lots of windows, large glass doors and a veranda.

We also like to be closer to nature, but in Britain you don’t know when it’s going to rain (the weather can be very unpredictable and changeable). So as a compromise I installed patio doors in the conservatory (that goes almost the full width), which we can open when the weather’s nice. Also, the French doors into the conservatory from our living room lines up with the patio doors so we get a view of the garden from our sofa; which makes it quite tranquil when both sets of doors are open.

Yes, our conservatory can also get very hot in the summer, but when we open all the windows and doors throughout the house and in the conservatory; the threw draft throughout the whole house helps to keep it cool e.g. the temperature differences in different parts of the house helps to crate air flow, which helps to keep the house and conservatory cooler; even when there’s no breeze outside.

And of course in the winter, with our conservatory being enclosed and insulated, and with the central heating radiator, we can carry on making use of it. My wife tends to use it as a sewing room in the winter, which on a cold but sunny winter’s day gives a very relaxing tranquil view of our back garden.

Thanks for your compliment. I learnt the basics of woodwork at school, but didn’t really start doing DIY until I married; at that time my tools and skills were very limited. My steady progression to my current skills was:-

• Initially teaching myself what I needed to know from library books.

• Having a supportive wife who has always encouraged me.

• Picking up tips from the professionals when we’ve had work done.

• Exchanging skills and knowledge from friends who also do DIY

• Learning Project Management at work, which I’ve found to be an invaluable tool in planning and following through a DIY Project.

• And in more recent years, using the extensive knowledge base on the Internet.

Above all, the three prime factors has been the encouragement from others (particular my wife), the Project Management skills, and having the right mind set e.g. splitting the job into bite size steps, having lots of patience, and reviewing each step before and after completion (usually with a cup of coffee,) before I proceed to the next step. The last point is particularly useful in the event that you make an error or overlook something; as it’s much easier to correct or accommodate into the final build at an early stage.

Jo Miller from Tennessee on April 26, 2017:

We call these sun rooms here in the States. We have a screened porch rather than enclosed sun room. We like to be closer to nature, but that limits it's use in winter time. Sun rooms get very hot in summer here.

Where did you pick up all of your skills. You're very good at this type of activity.

Arthur Russ (auteur) from England on April 23, 2017:

Thanks Larry.

Larry Rankin from Oklahoma on April 23, 2017:

You always have the coolest ideas!


Voir la vidéo: Une veranda a la place dune terrasse..aout 2013


Commentaires:

  1. Vicq

    j'ai supprimé cette question

  2. Keylan

    Nous reviendrons au sujet

  3. Jerron

    La pensée remarquable



Écrire un message


Article Précédent

Horticulture d'Aristote

Article Suivant

5 conseils pour jardiner à petit budget